Bref, je suis allé aux Gay Games Paris 2018

Il y a de cela 2 semaines, la 10ème édition des Gay Games s’est déroulé à Paris dans le plus grand anonymat.

Seul indice? Suivre les sportifs qui ont envahi la capitale avec un arc en ciel niché quelque part dans leurs tenues. Sans blague, j’ai d’abord croisé une équipe de foot mexicaine avec des numéros à paillettes multicolores, puis des athlètes avec un sac arc-en-ciel, lorsque je suis tombé nez à nez avec un malabar de plus de 2 mètres et des mèches, toujours arc-en-ciel, j’ai commencé à me douter de quelque chose.

Un tour sur le site web et j’ai vite trouvé les informations nécessaires, plus de 10 000 participants s’étaient donné rendez-vous à Paris pour s’affronter dans une quarantaine de sports différents du plus compétitif au plus ludique. En effet, outre les sports olympiens, des disciplines moins classiques comme le Bowling, la Danse urbaine ou encore  le Pink flamingo avaient aussi trouvé la voie des stades.

Pour replacer le contexte, les Gay Games sont une sorte de Jeux Olympiques ou plutôt Interville si on prend en compte que beaucoup d’équipes représentent plus une ville qu’une nation. La compétition itinérante a lieu tous les 4 ans avec un programme conçu par les associations sportives de la Fédération Sportive Gay et Lesbienne aidées des Fédérations Françaises des sports concernées mais aussi d’autres clubs ou fédérations affinitaires, le tout, sous le haut patronage du Comité National Olympique et Sportif Français et de la Fédération Française Handisport.

Ayant mis du temps à me réveiller, je n’ai pu assister qu’à 2 compétitions, mes sports de prédilection étant le basket et la boxe, je vous laisse deviner quels ont été mes choix. Sans surprise, la compétition sentait la stamina et la sueur mêlée à un peu de sang de temps en temps. C’était même amusant de voir le contraste entre les coursives avec une ambiance plus festive que toutes les compétions auxquelles j’ai pu assister au cours de ma vie et les changements d’attitude dès que le sifflet retentissait. Il y avait du drive, du shoot du coup de coude et du sucker punchs au menu.

Les niveaux étaient disparates, car certains participants étaient clairement venus plus pour l’échange que la compétition mais dès lors que l’on touchait au catégories supérieures, le niveau était élevé.

En aparté, je n’ai jamais vu d’aussi beau maillot de basket, il devrait peut être penser à récompenser le plus beau maillot à la prochaine compet’.

Mon bilan est mitigé, car même si j’ai beaucoup apprécié cet évènement, je regrette le peu de communication, les tribunes étaient vides, ce qui est dommage car le sport est un des rares domaines qui arrive à mettre tout le monde d’accord. Ayant traîner mes oreilles à gauche et à droite, j’ai surpris des arbitres débattre de la compétition, je peux vous assurer qu’ils étaient impressionnés par le niveau mais surtout qu’ils voyaient les participants d’abord comme des sportifs sans à aucun moment s’interroger sur leurs sexualités et ça c’est la plus grande victoire des Gay Games car de retour en championnat régulier, ils regarderont les mentalités et les petites scènes de racisme ordinaires d’une autre façon.

Ma grosse déception est l’absence d’équipementier du sport en tant que partenaire majeur de l’évènement. Il serait temps de vous bouger, les gars!!!

BURTON SNOWBOARDS PRÉSENTE SA COLLECTION FALL WINTER 2018/19

Cet Hiver, Burton propose une collection durable, moderne et authentique composée de field coats, parkas, coaches jackets, sweat doudounes et autres pièces revisitées avec différentes couleurs, imprimés, matières et coupes.

Des pièces et silhouettes classiques adaptées à la performance grâce à l’experience et la vision de Burton.

COOGI x PUMA California

Coogi, ce nom ne vous dira surement rien si vous n’avez pas grandi en attendant le Cosby show les jeudis soirs ou les clips de B.I.G dans les années 90. Dans tous les cas, la marque australienne était la quintessence du luxe et du bon goût à l’âge d’or du hip-hop.

Toujours dans sa quête d’authenticité pour renouer avec son ADN hip-hop, après la capsule MCM, la marque Puma présente sa deuxième collaboration sur un modèle, California, qui cartonnait dans les années 90 dans le milieu de la fusion Metal/Hip-hop. Pas sûr que le message soit totalement clair mais on ne peut que se réjouir du rapprochement de ces 2 institutions.

We life gives you lemon…

THE COSBY SHOW — SEASON 6 — Pictured: Bill Cosby as Dr. Heathcliff ‘Cliff’ Huxtable — Photo by: NBCU Photo Bank

AWAY x Dwyane Wade

Away est fier de présenter sa nouvelle collaboration avec le triple champion NBA Dwyane Wade.
Le résultat : une collection d’essentiels de voyage qui reflète sa façon unique et sophistiquée de voir le monde, inspiré par son désir de toujours repousser les limites, pour découvrir ce qui se trouve derrière.
Ce premier volet de leur collaboration dévoile des valises en aluminium noir mat, disponible dans 4 tailles.
La doublure intérieur s‘habille d’un revêtement à l’imprimé tropical qui fait écho à l’esprit et l’énergie de Miami,  ville dans laquelle Dwyane Wade finit toujours par revenir.

G-Shock célèbre son 35ème anniversaire avec New Era

A l’occasion du 35ème anniversaire de G-Shock, la marque lance une nouvelle collaboration, cette fois-ci mondiale, avec le fabriquant de casquette, New Era. Le modèle, G-Shock DW-5600NE-1 reçoit un traitement noir avec un écran LCD aux contours dorées et réfléchissant en rappel à la pastille emblématique 59FIFTY. On retrouve aussi les logos, toujours dorées, New Era sur l’avant et le dos du boîtier. Logiquement, la montre est proposée avec une casquette  59FIFTY de New Era.

adidas Originals by C.P. COMPANY, la collaboration événement !

Cet Hiver, C.P. Company s’associe à adidas Originals pour célébrer la force et l’impact durable de la Casual Culture.

On pourrait croire que c’était écrit… Au regard de leurs valeurs partagées et de leurs histoires indissociables. Depuis les années 70, les fans de foot (casual), ont associé une petite paire de Samba avec une veste C.P Company. Aujourd’hui, ces deux marques mythiques choisissent de travailler ensemble à l’occasion de la toute première collaboration de C.P. Company. Leur passion commune pour la qualité toujours alliée à l’innovation permet à la collection capsule adidas Originals by C.P. Company de proposer une nouvelle gamme de pièces déjà iconiques.

L’histoire est d’abord celle d’un designer italien de génie qui trouve son inspiration dans les rythmes tribaux et les sous-cultures propres aux fans de football. La marque C.P. Company a été fondée par Massimo Osti en 1971, dans sa ville natale bien-aimée de Bologne. Largement considéré comme le parrain du sportswear italien tel que nous le connaissons, Osti a affiné son regard loin des tendances de passage et de la mode milanaise. A l’aube de l’ère digitale, Massimo Osti ne s’est pas forcément rendu compte à l’époque de l’impact de ses conceptions visionnaires à l’étranger – en particulier dans le milieu du football au Royaume-Uni. Quatre décennies plus tard, le football a bien changé, mais la Terrace Culture continue de placer des marques comme C.P. Company et Adidas au-dessus de tout.

Alors que d’autres marques auraient pu considérer certaines de leurs pièces iconiques comme intouchables, Adidas et C.P. Company ont placé une grande confiance dans l’expertise inégalée de l’autre. Pour exemple, la nouvelle teinture de la mythique Beckenbauer a été imaginée dans le laboratoire italien de C.P. Company, la classique sneaker Samba a été retravaillée pour se rapprocher de la silhouette Kamanda et une des mythiques Goggle Jackets de C.P. Company a été transformée dans sa forme pour se rapprocher de l’irremplaçable Adidas Explorer. C’est une collection capsule qui voit deux marques, avec de très fortes identités, faire évoluer courageusement des pièces légendaires sans pour autant trahir leurs origines.

Un simple coup d’œil sur les détails de cette collaboration – la lentille C.P. Company intégrée au manchon de la veste arborant le trèfle Adidas, ou le logo C.P. Company placé au-dessus des trois rayures intemporelles de la Samba – permet d’en mesurer toute l’authenticité et la confiance ressentie par les deux marques lors de son élaboration.

NIKE x VIRGIL ABLOH POUR SERENA WILLIAMS: LA COLLECTION « QUEEN »

Chaque entrée sur le court de Serena Williams à Flushing Meadows est marquée par ses tenues. La jupe en jean en 2004 (partie de son look Gladiator), la robe rose imprimée léopard en 2014 et bien d’autres encore. La tenue de match de Williams à New York a un style aussi unique qu’audacieux; Après tout, elle a remporté six tournois majeurs dans cette ville.

Pour la 50ème édition du tournoi cette année à New York, Williams portera la collection « Queen » créée par le designer Virgil Abloh.

Cette collaboration élégante puise son inspiration dans l’amour de la danse et du ballet de Serena. La collection célèbre le design et l’innovation chers à Nike, avec des produits ambitieux qui exploitent l’engagement indéfectible de la marque pour redéfinir la performance et le style.

La veste à capuche R5 GORE-TEX INFINIUM de GORE Wear

Comme on ne peut jamais être sûr de la météo, il n’y a rien de mieux qu’une veste coupe-vent qui repousse l’eau, à la fois légère, douce au toucher et esthétique malgré tout. Vous ressentirez tous ses bénéfices : non seulement lorsque vous vous entraînerez, mais aussi en ville ou sur le chemin du travail. Grâce à son look tendance sportif/décontracté, la veste à capuche R5 GORE-TEX INFINIUM se porte facilement à la ville comme au stade.

 

Bientôt le grand test.