Bref, je suis allé aux Gay Games Paris 2018

Il y a de cela 2 semaines, la 10ème édition des Gay Games s’est déroulé à Paris dans le plus grand anonymat.

Seul indice? Suivre les sportifs qui ont envahi la capitale avec un arc en ciel niché quelque part dans leurs tenues. Sans blague, j’ai d’abord croisé une équipe de foot mexicaine avec des numéros à paillettes multicolores, puis des athlètes avec un sac arc-en-ciel, lorsque je suis tombé nez à nez avec un malabar de plus de 2 mètres et des mèches, toujours arc-en-ciel, j’ai commencé à me douter de quelque chose.

Un tour sur le site web et j’ai vite trouvé les informations nécessaires, plus de 10 000 participants s’étaient donné rendez-vous à Paris pour s’affronter dans une quarantaine de sports différents du plus compétitif au plus ludique. En effet, outre les sports olympiens, des disciplines moins classiques comme le Bowling, la Danse urbaine ou encore  le Pink flamingo avaient aussi trouvé la voie des stades.

Pour replacer le contexte, les Gay Games sont une sorte de Jeux Olympiques ou plutôt Interville si on prend en compte que beaucoup d’équipes représentent plus une ville qu’une nation. La compétition itinérante a lieu tous les 4 ans avec un programme conçu par les associations sportives de la Fédération Sportive Gay et Lesbienne aidées des Fédérations Françaises des sports concernées mais aussi d’autres clubs ou fédérations affinitaires, le tout, sous le haut patronage du Comité National Olympique et Sportif Français et de la Fédération Française Handisport.

Ayant mis du temps à me réveiller, je n’ai pu assister qu’à 2 compétitions, mes sports de prédilection étant le basket et la boxe, je vous laisse deviner quels ont été mes choix. Sans surprise, la compétition sentait la stamina et la sueur mêlée à un peu de sang de temps en temps. C’était même amusant de voir le contraste entre les coursives avec une ambiance plus festive que toutes les compétions auxquelles j’ai pu assister au cours de ma vie et les changements d’attitude dès que le sifflet retentissait. Il y avait du drive, du shoot du coup de coude et du sucker punchs au menu.

Les niveaux étaient disparates, car certains participants étaient clairement venus plus pour l’échange que la compétition mais dès lors que l’on touchait au catégories supérieures, le niveau était élevé.

En aparté, je n’ai jamais vu d’aussi beau maillot de basket, il devrait peut être penser à récompenser le plus beau maillot à la prochaine compet’.

Mon bilan est mitigé, car même si j’ai beaucoup apprécié cet évènement, je regrette le peu de communication, les tribunes étaient vides, ce qui est dommage car le sport est un des rares domaines qui arrive à mettre tout le monde d’accord. Ayant traîner mes oreilles à gauche et à droite, j’ai surpris des arbitres débattre de la compétition, je peux vous assurer qu’ils étaient impressionnés par le niveau mais surtout qu’ils voyaient les participants d’abord comme des sportifs sans à aucun moment s’interroger sur leurs sexualités et ça c’est la plus grande victoire des Gay Games car de retour en championnat régulier, ils regarderont les mentalités et les petites scènes de racisme ordinaires d’une autre façon.

Ma grosse déception est l’absence d’équipementier du sport en tant que partenaire majeur de l’évènement. Il serait temps de vous bouger, les gars!!!

LES FORÊTS NATALES, Arts de l’Afrique Équatoriale atlantique.

L’Afrique équatoriale atlantique a donné aux arts africains quelques-uns de ses plus exceptionnels chefs-d’œuvre. De la puissance plastique des Fang à l’élégance naturaliste des Punu, panorama des principaux styles artistiques de cette vaste région. À travers une sélection d’œuvres emblématiques – et souvent uniques – de collections publiques et privées majeures, l’exposition du Quai Branly propose d’en étudier les principaux styles, à la manière d’une histoire de l’art “classique”, et d’explorer les correspondances, mutations et particularités de la production artistique des artistes de cette région.

Le festival MMX envahit Marseille du 7 au 17 septembre

Le festival acontraluz est mort, longue vie à MMX!

Pendant 10 jours et 10 nuits, les lieux emblématiques de la ville phocéenne vont vibrer sous les basses du festival Marseille Music Experience, clubs, happening et concerts viendront ponctuer la vie de la ville déjà ô combien dynamique.

Bonne nouvelle, nous vous faisons gagner des pass VIP sur notre compte instagram !!!!

NEWS_LIEUX_MMX_2017-3

LA PIERRE SACRÉE DES MAORI

Le jade, aussi appelé pounamu en langue maori, est mis à l’honneur au musée du quai Branly – Jacques Chirac du 23 mai au 1er octobre 2017. Conçue par le Te Papa Tongarewa de Wellington et le iwi (clan familial) Ngāi Tahu, l’exposition met en lumière les très riches collections de jade du musée néo-zélandais. Une immersion dans la culture riche et vivante des Māori qui permet de comprendre l’origine du pounamu (composantes, variétés, histoires, mythes, …) ainsi que ses multiples usages, sa solidité remarquable, la beauté de ses ornements, sa préciosité ou encore ses diverses symboliques.

ASM Clermont vs Saracens, le test final pour Under Armour?

L’ASM et l’équipementier Under Armour filent le parfait amour depuis 2010. La franchise US, basée à Baltimore, fournit des équipes de foot américain, de basketball, des boxeurs, notre Teddy Riner national mais aussi Clermont, le premier club européen à être sponsorisé par la marque. C’est donc tout naturellement que l’équipementier nous a invité a accompagner l’ASM et sa fameuse Yellow Army de supporters lors de la fnale de la H cup a Edimbourg.

L’endroit est pittoresque et dépaysant, les gens accueillants, les maisons de brique charmantes et le temps écossais. Apres avoir avalé un fish & chips, l’heure était venue de se rendre au stade, aspiré petit a petit par l’énorme vague formée par la Yellow Army. Une fois passé les joueurs de cornemuse, hommes en kilt et autres buveurs de bières, place au match ou l’essai grandeur nature des produits Under Armour. Bien entendu, tous les joueurs de Clermont étaient en tenue et certains sur le terrain avaient meme les chaussures. Maillots, shorts, chaussettes et consorts…

De tous les elements de la tenue, le maillot est le plus impressionnant, d’une part car il recouvrait les épaules des 3/4 de l’assemblée présente dans l’arène, d’autre part car sous son allure sobre et son poids plume (il est le plus léger du championnat), il a résisté devant nos yeux aux assauts, tirages et autres coups de pression des golgoths qui affrontaient l’ASM sous le ciel nuageux d’Ecosse.

Quant a la confrontation en elle-même, les anglais de Saracens ont rendu un impeccable copie pour battre Clermont (17-28) et conserver leur titre européen. C’est une équipe aux maillots en parfaite condition et confiance ébréché qui est sortie du stade sous les applaudissements. Il n’y a pas eu match, a notre plus grand regret…e2809

NIKE CÉLÈBRE LE AIR MAX DAY AU CENTRE POMPIDOU

Samedi soir, le Centre Pompidou a servi de toile à une éblouissante projection qui retraçait les 30 années d’existence de la famille Air Max et présentait la dernière création : la Nike Air VaporMax. Le Centre Pompidou a joué un rôle considérable dans la création de la Air Max. Tinker Hatfield, le créateur visionnaire de la Nike Air Max 1 en 1987 a été influencé par l’architecture « inversée » inhabituelle de ce bâtiment emblématique lorsqu’il a conçu l’unité Air-Sole visible révolutionnaire de cette chaussure légendaire.

INSTA KISS MY AIRS PROJECTION

Le Creative Studio de Microsoft

C’est dans un loft au cœur de Paris, aux allures d’atelier design réunissant neuf artistes de la mode, la joaillerie, l’illustration ou encore de l’architecture, que Microsoft nous a présenté en avant-première en France, Surface Studio, un appareil à la croisée de l’ordinateur tout-en-un et du studio créatif.

Le PC surpuissant avec un écran tactile de 28 pouces sur pieds hydrauliques combiné au stylet Surface Pen et le nouveau périphérique bluetooth Surface Dial qui posé sur l’écran, fait apparaître de nouvelles fonctionnalités pour les applications: scroller, zoomer, naviguer, changer la couleur ou la taille d’un pinceau…

Surface_Studio_Overview_9_FeaturePanel_V3en-INTL-XL-Surface-Cardinal-42L-00001-RM2-mnco en-INTL-XL-Surface-Cardinal-42L-00001-RM5-mnco en-INTL-XL-Surface-Cardinal-42L-00001-RM4-mnco

Gagne ton dossard pour l’Odlo crystal run

LeCloset magazine vous fait gagner un dossard pour l’Odlo Crystal Run qui se déroulera le  12 février en plein cœur de Paris ! Plus d’info sur notre compte instagram.

Cet évènement « 2 en 1 » propose un parcours de 10 Km accessible à tous – coureurs aguerris ou runners néophytes – au pied des plus beaux monuments du monde et un « after » course festif sur le Parvis de l’Hôtel de Ville. Sur le parcours, les coureurs ne manqueront pas de croiser des skieurs à roulettes mais aussi des pingouins, yétis, rennes et créatures venues du froid qui les encourageront sur le bord de la route. Le tout en musique, plusieurs groupes de musiciens étant postés à différents points du tracé…

Rendez-vous le 12 février pour une expérience fun et totalement inédite !

odloRUN

Tenue correcte exigée ou quand le vêtement fait scandale

Le musée des arts décoratifs présente à partir d’aujourd’hui et ce jusqu’au 23 avril 2017 une exposition sur les scandales qui ont présidé les grands tournant de l’histoire de la mode du XIV âme siècle à nos jours. Robe volante, jupe pour homme, baggys, trop court, long ou ajusté, 300 pièces de toutes époques confondus retracent les infractions aux normes vestimentaires, aux codes et aux valeurs morales.

Sport en scène Part.3

3ème édition du Festival Sport en Scène du 2 au 5 novembre. Docus boxe, foot, basket et le retour en salles de Space Jam dans le cadre des 20 ans du film. Chaque séance est suivie d’un échange/débat.

Les projections sont gratuites sur réservation : rsvp@sportenscene.com

Mercredi 2 novembre 20h au Decathlon Rosa Parks : 
– Mohamed Ali (de William Klein)

Jeudi 3 novembre 19h30 à l’UGC Ciné Cité Rosa Parks :
– Space Jam

Vendredi 4 novembre 20h au 104 Paris :
– Signé Sugar Ray (de Nicolas de Virieu)

Samedi 5 novembre de 17h à 22h au 104 Paris :
– Les Enfants de Zadar (de Nicolas de Virieu)
– Boris Diaw, Yao Ming, Gary Payton, Gilbert Arenas (The Ball Never Lies)
– Expos Photos (United Ballers /FX Rougeot)
– Raï, une histoire brésilienne (de Nicolas de Virieu)