School of hard knocks

La Vie est un combat …
Série photo pour Le Closet Magazine ..#lcm14

Photo: Elisa Gomez

Style: Andre 3000

Modeles: Ludovic, Thierry

Remerciements: Team Reality Boxe

LeCloset Magazine #14, Welcome to Doomsday

Le “Sport Issue” vous propose un voyage dans le temps aux origines des kicks, lorsqu’elles avaient pour unique but la pratique d’un sport. Découvrez l’époque bénie par les dieux du stade, à travers le portrait d’athlètes contés par les chaussures qui ont jalonné leur carrière. Si ces légendes ont marqué l’histoire du sport, leurs souliers ont changé la donne économique et sociale à jamais.
Puis laissez vous transporter par la performance, la vraie. Loin des modèles anorexiques en lycra, seule la sueur et parfois le sang font la différence. Qu’il s’agisse d’escrime, de skateboard ou de danse classique transpirer la beauté et la détermination en s’éclatant la rate.
“Welcome to Doomsday!”

leCloset.com nouvelle generation

Ca y est, nous y sommes, un site tout nouveau, you beau, pour partager encore plus de news, d’histoires et d’aventures.

Le site continuera de dévoiler anecdotes et histoires de la street culture. LeCloset.com puise ses racines dans la mode et la musique mais la nouvelle version fera la part belle aux sneakers, aux produits high tech qui facilitent notre quotidien et aux series photos que nous produisons depuis plus d’une décennie maintenant.

En combinant textes, photos et videos nous nous continuerons de vous presenter des personnages, des lieux, des marques, des objets et leurs liens pour mieux vous immerger dans notre monde. Evidemment, les sneakers et la mode auront une part prédominante.

4 rubriques ponctueront désormais votre quotidien:

ACTUALITES

 

Ici nous vous abreuverons de toute l’actualité du monde de la street culture, sneakers, mode, art et autres geekeries.

PHOTOS

Dans cette partie nous partagerons les portfolios que nous produisons pour le magazine, les clients ou notre propre plaisir.

SNEAKERS

 

LeCloset est fan de sneakers de la premiere heure, vous aussi? Cela tombe bien car on a plein d’histoires a raconter.

HIGH-TECH

Parce que l’on ne peut pas continuer de vivre comme dans les années 80, la science a permis d’améliorer notre quotidien et nous lui prouvons notre reconnaissance dans cette rubrique.

The Artist

Si comme moi vous vous égarez de temps en temps sur les sites de basketball et de sneakers, vous avez peut-être aperçu une série de vidéos de Brian Bowens, designer/illustrateur émérite de Pennsylvanie. Une websérie dans laquelle, celui qui rêvait de designer des Nike et Reebok dans son enfance, partage tout son amour pour les chaussures de basketball des années 90. Curieux comme un petit chat, je n’ai pu m’empêcher de le contacter pour en savoir plus sur son projet.

 

Comment est né le projet « art of MBB » ? C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire sans savoir comment. J’adore le basketball et les sneakers et je voulais associer mon art à ces deux passions. Raconter l’histoire des sneakers d’une manière différente, à ma façon ! Mon ami de longue date, Esteban Serrano, m’a aidé en réalisant une version filmée de ma vision.

[vimeo id= »92937206″ width= »620″ height= »360″]

Que représentent les sneakers pour vous ? Ce sont des œuvres d’art accessibles au plus grand nombre. Du germe de l’idée à sa gestation, sa mise en place et le choix des couleurs, je trouve tout cela fascinant !

 

Dans les années 90, les Reebok classic étaient un must à Philly, est-ce que cette mode vous a influencé ? Oui, fin 90’s, Reebok était au top mais mon engouement venait des joueurs sous contrat. Des mecs comme Nick Van Axel, Shawn Kemp, Shaquille O’Neal et Allen Iverson par exemple !

 

A quoi peut-on s’attendre pour la suite ? A court terme, filmer d’autres webisodes, dévoiler plus d’œuvres aussi sur mon site mbb.storenvy.com et continuer de travailler dur afin d’être prêt à saisir toute opportunité que Dieu me réserve ! On vous laisse apprécier quelques œuvres… Website: Mbbowens.com Instagram: @bbsketch

L‘intello du skate

Cet article revient sur une rencontre avec un personnage atypique du monde du skateboard qui a fait l’objet d’un article dans l’édition porte bonheur du Closet magazine.

Les skateurs pro ont la réputation d’être les cancres à l’école. LeCloset mag a trouvé la perle rare, elle se nomme Madars Apse.

C’est peut-être un passage obligé mais le parcours des skateurs pro que nous avons rencontrés prend souvent la même tournure. Il y a d’abord l’abandon des études puis déménagement dans une grande ville skate-friendly avec squattage des canapés des potes jusqu’au premier vrai contrat entraînant la vie de rock star.

Grand blond à la tête de jeune premier, Madars est différent, il parle toutes les langues du monde et a baroudé. Pas à la manière d’un skateur en tournée vidéo 3 jours par ci par là. Non, lui il pose ses valises plusieurs années pour allier travail, plaisir et éducation.

Il a ridé sa première planche dans sa Lettonie natale en 2001 puis a vite reçu des dotations des shops du coin avant de susciter l’intérêt d’Element board, DC shoes et compagnie. Aujourd’hui, il se dore la board en Californie tout en continuant son émission sur Internet.

A ceux qui doutent de l’utilité de son master en marketing obtenu en Espagne, il suffit de voir la façon avec laquelle il s’est glissé vers nous pour demander de parler de son pro model DC. Loin d’être maladroit, le grand blond à la chaussure noire s’est offert une parution dans le prochain numéro.

Madars a bien retenu ses leçons.

LeCloset Magazine #13

Les vacances sont là et LeCloset nouveau aussi.

Pas un brin de soleil sans la mère patrie en tête, nous avons décidé de consacrer ce numéro à notre continent adoré dans un prisme cher au Closet. Au programme donc de la sneaker, beaucoup de sneakers. De l’huarache de notre adolescence aux Diadora de Ben Johnson en passant par notre égérie le temps d’un numéro la journaliste allemande Piera ou encore le brillant illustrateur MBBowens.

Côté Afrique, on découvre les nouveaux stylistes, designers et marques du continent, un hommage à la toque de Mobutu, une ôde au courant afrocentriste du hip-hop et une retrospective des tissus du continent, tous les tissus pas seulement ceux de Vlisco. On a aussi retrouvé les pantalons zubaz et un grand monsieur du nom de Bernard Collet. Le tout mis en image par nos amis photographes et illustrateurs We production et Karen Mandeau, Andja et Toki.

 

 

La bonne cause: Sourire à la Vie

Les célébrités se laissent prendre au jeu et s’engagent pour la bonne cause à la Disneyland Paris Leaders Cup LNB* 2015

Ce weekend à Disneyland Paris avait lieu la troisième édition de la Disneyland Paris Leaders Cup LNB, compétition opposant les 8 meilleures équipes du basket français à la Disney Events Arena.

A cette occasion, plusieurs célébrités ont souhaité participer au défi solidaire d’AG2R LA MONDIALE en soutien à l’association Sourire à la vie. Réparties en deux équipes : l’équipe rouge composée de Laury Thilleman, son chéri (et mannequin) Nicolas Tesic, Maximilien N’Tary-Calaffard, Elisa Tovati, Jean Philippe Doux, et George Eddy s’est inclinée 53-79 face à l’équipe bleue coachée par Jacques Monclar, et composée d’Elodie Gossuin, de son mari Bertrand Lacherie, Norbert Tarayre, Cartman et Jérome Anthony.

Les célébrités présentes à la Disney Events Arena se sont affrontées dans la bonne humeur, dans un match caritatif qui n’a cessé de faire grimper la cagnotte, avec 13 tirs à trois-points marqués.

 

A l’issue de la seconde mi-temps de la finale, un chèque d’une valeur de 17 900 € a été remis par Eric Sanchez, Directeur du Développement des actions sociales d’AG2R La Mondiale à Frédéric Sotteau, Président de l’Association

.

New Balance 577 by LeCloset Mag

Ceci n’est pas une collab’!

Au contraire, c’est le fruit d’une idée, d’un partage, d’une entente, d’une émulation et d’un échange de bons procédés. C’est un accomplissement entre LeCloset Magazine qui a poussé la porte, New Balance qui a épousé le projet et Orravan Design qui l’a matérialisé.

Au final, La « Green mean machine » se décline en 20 paires numérotées alliant suede, mesh, nubuck, gravure et cuir blanc. 20 modèles de 577 assemblées avec amour à Paris pour la famille et les potes. Elles ont un petit air bostonien, forcément, sublimé d’un esprit cocardier qui se serait fourvoyé dans le luxe.

Si on vous en livre une alors c’est le Noël des F&F et si vous ne les avez pas patience d’autres douceurs sont dans les tuyaux et peut être qu’un jour nous ferons une collaboration comme tous les autres!?

Rumble

On ne change pas une équipe qui gagne!

Photo WE production (Wilee & Elisa Gomez)

Style Zab Ntaka

Merci au Crossfight et Chabane Chaibeddra Coaching

I am a Legend: Chad Muska

Texte will Smith

 

Comment appelle t-on un skateur pro, producteur de Hip-Hop, designer et artiste accompli? Chad Muska!

Sans conteste, il est la personnification de ce que l’on appelle “la street”. Supra, son sponsor a organisé un entretien avec la légende vivante.

 

C’est la première fois que je rencontre un skateur qui porte un short Y3, est-ce que le style est important à tes yeux?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un intérêt pour la mode. Je dessinais des chaussures imaginaires et des trucs du genre que je ne pouvais pas me payer étant petit. J’avais le sens de la singularité à l’école avec mes cheveux verts et mes baggys et quand ce style est devenu populaire, je partais a la recherche d’une nouvelle fraîcheur.

J’ai toujours voulu me démarquer et cela m’a suivi durant ma carrière, j’essayais de nouveaux spots, des tricks inédits. Je suis très impressionné par les stylistes tels que Yohji Yamamoto et Rick Owens qui ont le courage d’emprunter une nouvelle voie.

 

Tu fais toujours de la musique?

Dans ma vie, j’évolue par période dans tout ce que j’entreprends. Quand je suis dans une phase, je donne tout ce que j’ai. En ce moment je suis dans la vidéo et le montage. C’est vrai que je fais des sons pour mes projets vidéo, mais à l’heure actuelle l’art et le design me prennent tout. Comme un alien, la musique est toujours en moi, mais elle se manifeste moins qu’avant.

 

Que design tu alors?

Des Shoes et ma vie. Ma vie est mon plus grand chantier. Je travaille avec Supra, la Skytop 4 est sortie il y a quelques mois, et on commence à modéliser la 5. Je fais beaucoup de création artistique et j’essaye de faire des passerelles avec le design. Appliquer mon art sur les produits, de nouvelles textures sur les matériaux, ce genre de trucs.

 

Le design est donc la raison de ta présence chez Supra?

Pas vraiment, en fait le propriétaire, Angel Cabada, est un ami de longue date. On a bossé ensemble avec d’autres marques de footwear par le passé. Il est revenu vers moi au bon moment, j’avais une vision en tête de quelque chose qui n’avait jamais été fait ni dans le streetwear ni dans l’action sport.

 

En parlant du loup, quel effet cela fait d’être à l’origine de la chaussure emblématique de Suprafootwear, la Skytop ?

Leur passé commun est incroyable. La Skytop est apparue au tout début de Supra à la 2ème ou 3ème saison. C’est un honneur de pouvoir matérialiser une idée, la partager et voir le monde entier l’adopter, skateur, musicien et gens de la mode. Toutes ces cultures différentes.

 

Les Chaussures, les trucks, les boards, tu designe tout ce qui bouge  ?

Je pars du principe qu’un esprit créatif peux s’appliquer à n ‘importe quel produit. C’est juste une autre expression de mon art. Le skate m’a donné de la confiance, le pouvoir de mettre mes tripes sur la table sans avoir peur de ce que les gens vont dire ou penser. Lorsque l’on m’a approché la première fois pour mettre mon nom sur une planche, j’ai dit OK mais je veux participer. JE ne veux pas découvrir une interprétation de moi qui me soit étrangère.