Archives de catégorie : Articles

SAUC-10-1000-4_MKinvara_MensHealthSpd.indd

Si Saucony nous était contée

maximilien N'Tary-Calaffard - 27 janvier 2017 - Actu - Articles - Fashion - Kicks - Magazine - Sneakers - Sport - All

Dans notre quatrième opus, notre experte maison, Zab “Supinator” Ntaka, revient pour nous sur la saga de la marque américaine Saucony.

Saucony est une des plus anciennes marques américaines de running. Sa devise « Une bonne journée est une journée où nous courons, une excellente journée est une journée où nous incitons quelqu’un à courir ».

La marque est fondée en 1898 sur les bords du ruisseau Saucon à Kutzwon, Pennsylvanie. 4 hommes d’affaires y installent une usine où ils produisent jusqu’à 800 paires de chaussures pour enfants par jour. Le logo représente le cours d’eau et les rochers qui le parsèment.

L’histoire de Saucony est étroitement liée à celle de ses voisins, les Hyde.

Abraham Hyde ouvre une boutique/fabrique de pantoufles à base de revêtement de sols en 1910. L’netreprise grandit de façon spectaculaire dans les années suivantes, allant même jusqu’à se spécialiser dans les sports techniques tels que le patin à glace, les chaussures de Baseball, de bowling, de patins à roulette ou même les chaussures des GI américains pour la seconde guerre mondiale.

En 1952, Hyde & Sons s‘empare d’un concurrent direct propriétaire de “Spot Bilt” référence des chaussures techniques pour les sports collectifs. Puis c’est au tour de l’expert de la chaussure de course, Saucony, d’etre racheté en 1968.

Saucony devient un secret d’initiés qui se passent l’info comme le témoin dans une course de relais. La côte ouest américaine, déjà accro, répand le footing et le « mode de vie saine » dans les années 1980 grâce à Saucony qui lançe la “Trainer 80”. Depuis 30 ans Saucony n’a de cesse d’innover et de gagner des prix autant par ses athlètes que par ses avancées technologiques sur le produit.

“Spot Bilt” qui entre temps est devenu la division performance de Saucony finira sa course en étant revendu dans les années 2000.

Saucony continue la course dans le peloton de tête et est même le fer de lance de la branche minimaliste malrgré quelques infidélités à la performance avec ses modèles vintages.

closet

Sneakers & Music and Sneakers & Music

piera spinelli - 21 décembre 2016 - Actu - Articles - Fashion - Kicks - Magazine - Pieras - Sneakers - Société - All

Sneakerheads can be so different, without loving kicks less or more. Obviously people who will camp out without being a reseller and making it their job, can be considered to be someone who loves way more, but I don’t agree. Love is love and you shouldn’t measure it. 

Anyway I think I believe – I think because it’s a very immature idea that I’m developing- that one’s sneaker preferences can be connected preferences in all kinds of sectors, or maybe made life experiences.

Let me break it down for you.

I’ve played basketball throughout my teens and used to play it outdoor way before stepping into a gym. The same period I was very deeply into hip hop. I used to write rhymes, know lyrics and check out MTV every day to watch music videos and learn about new songs. Around that time basketball shoes used to be the shit. Whether it was an older retro release or contemporary models. Whether it was a fresh pair of AND1s worn by Vince Carter, Reebok Iversons or Nikes. Everyone was walking around in the dopest basketball kicks…or better…in the dopest pair one could afford. 

My sneaker style hasn’t changed a lot from there. I still rock Basketball shoes that are way too bulky simply because that’s how I grew up. I’ve started wearing runners just a few years ago. I’ve even started wearing adidas just briefly. Before that all I was fucking with, were Nikes and Reebok aka the shoes my heroes would wear. I was definitely blinded and biased I guess. 

I have a friend who listens to Bass music. Like, electronic-ish techno-ish music and guess what she wears a lot? Exactly – Air Max by Nike. Or have you ever noticed how people from Amsterdam wear Air Maxes a lot while Jordan’s are big in Paris? The more I think about it the more I believe that the culture you grew up in determine your taste concerning sneakers just how it determines everything – food, style, music. It’s so much about what the elders around you, the ones you considered to be cool and you looked up to used to wear. So people who are into soccer will be more into adidas while ballers will forever appreciate Nike more just how hip hop heads have an odd thing for Timbs. Yeah yeah cliches, whatever some cliches might apply. Look at me, I’m as cliche as it gets.

lcm14_web-dragged

LeCloset Magazine #14, Welcome to Doomsday

maximilien N'Tary-Calaffard - 20 décembre 2016 - Actu - Articles - Brands - Fashion - High Tech - Kicks - Lcm - Le Closet - Magazine - Séries - Sneakers - Société - Sport - All

Le “Sport Issue” vous propose un voyage dans le temps aux origines des kicks, lorsqu’elles avaient pour unique but la pratique d’un sport. Découvrez l’époque bénie par les dieux du stade, à travers le portrait d’athlètes contés par les chaussures qui ont jalonné leur carrière. Si ces légendes ont marqué l’histoire du sport, leurs souliers ont changé la donne économique et sociale à jamais.
Puis laissez vous transporter par la performance, la vraie. Loin des modèles anorexiques en lycra, seule la sueur et parfois le sang font la différence. Qu’il s’agisse d’escrime, de skateboard ou de danse classique transpirer la beauté et la détermination en s’éclatant la rate.
“Welcome to Doomsday!”

_MGL2193

Jealousy in the Air

piera spinelli - 12 mai 2016 - Articles - Babes - Pieras - All

While my previous piece was mainly about the perception some men could have of some women (let’s not ever generalize, party people), this one will be about women. How women see other women and maybe even treat them.

Jay-Z once said „Jealousy is a female treat“, which I totally agree on. Although the ladies often seem to be super nice and kind, they can tend to put themselves in competition with other females. Especially when they happen to be in an environment where the female gender is in minority.

There aren’t too many of us who are involved in sneakers and I have to admit, that unfortunately I don’t take all of us seriously either. I can be biased to, but at least I try not to be and give respect when respect is due.

I think that the best way not to be jealous nor competitive is to be aware of the own qualities and skills. My sweetheart Sanne aka Girl on Kicks is a great example. I respect her work a lot and I’m happy to call her a friend, although we both blog and she’s way more successful with her blog than I’m with mine. But instead of hating on one another we share our steps and talk about our work and are happy for one another. There’s no jealousy, no competition nor hate. That’s the type of environment I’d recommend everyone to surround herself with.

No one of us has time nor energy to waste on the wrong people or on being a jealous person, when we have goals. Why do we always have to fight, talk behind each others backs and be in competition for some male attention? If you actually think about it, it’s one of the stupidest things ever. These women aren’t fighting for their men/boyfriends or relationships – they are bothered by another female getting more attention by a random guy they eventually have a friendship with. It’s so weird and unreasonable that it seems funny when thinking about it. We don’t need that stuff, we need us and real friends. Isn’t it more important to do things in order to feel more comfortable in our own skin instead of getting someone’s acceptance? Especially when it’s somebody we don’t even care about? I applaud to every girl who owns it. You want to show skin and doll up because you feel hot today? Yas, do it and own it. You feel like going out without make up and baggy clothes because you have a comfortable day? Yes please! Do it without feeling insecure. You will get attention regardless of how much make up you are wearing, how tight your jeans and how dope your sneakers are, as long as people notice that you feel comfortable in your own skin. Jealousy and hate will make the most beautiful person look ugly.

The road to the top is hard enough, no need for hateration on the way.

IMG_20160125_163903

Ispo 2016

maximilien N'Tary-Calaffard - 11 février 2016 - Actu - Articles - Buzz - Exhibition - Fashion - High Tech - Kicks - Magazine - Sneakers - Sport - All

Cette année j’ai décidé de partager avec vous une de mes marottes. En début de chaque année je me rends à Munich pour participer à l’Ispo, ce nom qui sonne comme une convention pharmaceutique est le plus grand salon du monde dédié à l’industrie du sport.

En plus de voir les potes du milieu et de manger des wursts, j’ai décidé exceptionnellement de bosser un minimum en révélant la raison principale de ce pèlerinage annuel. Habituellement, j’y viens purement à des fins de veille stratégique, je flâne dans les allées et découvre aux détours de ce bazar steroidé les prochains phénomènes de notre quotidien.
J’entends déjà les sceptiques s’interroger sur le bien fondé d’une revue d’articles de sport sur un site de mode, n’oublions pas que l’industrie du sport est à l’origine du phénomène Sneakers, que c’est d’un groupe de skaters qu’est parti la mode du slim et que les surfeurs ont popularisé les chemises pendelton à carreaux à une autre époque. Timberland, trucker hat et bientôt le retour des pantalons dickies, toutes les grandes tendances du streetwear ont croisé la route d’un baroudeur du sport à un moment donné qui les a ramené sur la route du mainstream. Et oui les sportifs malgré leur air nonchalant  sont des précurseurs de mode si gentillement baptisés trendsetters. Tout comme les collections de haute-couture, la mode sportive finit indubitablement par se déverser dans la rue.


Outre la mode, le salon est aussi un baromètre de la santé de l’économie française car qu’on le croit ou non la France reste un poids lourd dans le monde du sport via le ski, la glisse et l’outdoor
Les halls ont bien changé depuis une décennie que je les arpente. Première constatation, l’électronique est le renouveau du sport, l’univers de la glisse et des sports d’équipe ont peu à peu fait de la place aux montre/cardio/GPS/podomètre. Désormais polar, fit bit, jabra et autres ont désormais pignon sur rue et bizarrement se sont des produits qu’une fois de plus on retrouve au poignet des citoyens lambda à grande échelle.

Côté vêtement mes coups de coeur sont d’Ilse jacobsen, une petite pépite venue du nord, les imperméables en caoutchouc aussi bien que les bottes sont de véritables tueries. La veste de survie Black Yak plus légère que l’eau et 15 fois plus resistante que l’acier a mis tout le monde d’accord mais la palme de la plus belle gamme technique est décerné à Falke running. C’est fonctionnel, c’est design, c’est sobre et c’est beau!

Fan de sacs que je suis je ne pouvais fermer les yeux sur le nouveau sac à dos de the NorthFace ainsi que Douchebags et sa gamme de sacs modulables de ski.

Pour les accessoires le Flowstick, un dispositif articulé qui garantit une stabilité à toute épreuve lors de vos prises de vue dans les situations les plus incongrues.

Côté fun il y a Halfbike, un vélo désign en station debout, le kayak pliable d’Oru kayak et surtout Icaros et sa drôle de machine qui simule la sensation de vol en plein air.  

Pour la vie pratique, gardez un oeil sur Pendix innovation qui permet de transformer n’importe quel vélo en bicyclette électrique. Plus discret mais non moins efficace, les nouvelles semelles artic grip de Vibram sont tout simplement bluffantes. Fixées sur des petites runners saucony, aucune chaussure de haute montagne n’a pu soutenir la comparaison pour les tests sur bloc de glace.

Ces dernières années, on a redécouvert les propriétés de la laine mérinos et de la céramique pour leurs propriétés de légèreté, de respiration et d’isolation mais ça c’était avant…que les chercheurs de Colmar ne se penchent sur le cas du graphite. Vous savez la matière des mines de crayons. Figurez vous que l’on peut faire des vêtements avec qui sont encore plus respirants, légers, déperlants, bactériogène avec séchage rapide que tout ce que vous avez pu voir jusqu’à présent.

Il faut savoir que même les zips sont voués à évoluer. Exit les fermetures étanches l’avenir est dans le Zip aquatique à l’instar de Norrona comme autre témoin des technologies détournables dans la mode urbaine.

Pour les plus curieux d’entre vous, les halls réservés au sourcing vous tiendront au fait des matériaux qui seront bientôt repriss par les grandes chaînes de distribution. Mais à ce stade je pense que vous ne quitterez plus la Bavière.


Au fait, n’hesitez pas à prendre une chambre au Flushing Meadows, le best kept secret de Munich!

 

20160125140534 Kopie

I’m Piera – A Woman in the Industry

piera spinelli - 05 février 2016 - Actu - Articles - Pieras - Sneakers - All

First of all, let me introduce myself to you. I’m Piera Montenero, 25 years old and I live in Cologne, Germany. I’m what people would call a « woman in the industry ». I’m an editor for a magazine and an independent blogger for a few sites.

I’m one of three daughters and my parents are an Italian couple who lives in Germany. I grew up between those two cultures, while also always nodding towards the USA. You could almost say that I was raised by basketball and Hip Hop. Yes, I used to be an MC. Starting to perform at the age of 15, I would get a little bit of money for live shows. As high school was over and I started studying business law, Hip Hop kept being one of my main influences. Although I wouldn’t rap anymore, that’s all I was and still am listening to. By the time I’ve graduated and finished my studies at the age of 22 I quit playing basketball in an association. Regardless of that, my two big passions and my adolescence massively influenced my sense of fashion as it is today.

« I’m just a woman who looks better in guys’ clothes than most of the guys »

I’m probably what most people would call a „tomboy“. My style is quite simple – I wear some jeans or sweats, a black hoody, a varsity jacket and at times a snap back or a beanie. There is probably an oversized shirt or a wife beater beneath the hoodie, and I always wear sneakers. I not only wear sneakers because I consider myself such a die-hard sneakerhead, but also because of my injuries – jumping and landing on hardwood floors for ten years has messed up my joints. My knees and ankles will start hurting when I wear heels for too long and my feet aren’t used to shoes with very thin soles. I mainly wear manly shoes, with thick soles and eventually cushioning. I like Dunk Hi’s, Air Forces, Jordan 5s and Kamikazes. I wear Shaqnosis’ or high adidas Forums. Does this compromise my femininity? I don’t think so. I’m just a woman who looks better in guys’ clothes than most of the guys. Why is the idea of women having to look a certain way so popular? And why are women in the sneaker industry often sexualized?

« I’m what people would call a « woman in the industry »

If you check out the hashtag #chicksinkicks or anything similar on Instagram, you will probably find a lot of pictures of half naked beautiful women wearing a pair of Jordans. Often you can even tell, that it’s not their size. I’m not trying to hate, but I doubt that a woman who is 5’5“ will be a men’s 10. These girls don’t realistically represent the female sneakerhead, they are models that are just doing their job and I don’t think that they would even consider themselves a sneakerhead either. I do not judge them, but I do not agree with the potential influence they could have on younger women, that are probably self-conscious about their own bodies in a world that dictates unrealistic beauty standards. And besides, it is so hard to be taken serious as a woman in the « sneaker world » already, which isn’t made any easier when it seems to be common to wear kicks as a bra or premium cleaner as a thong…Anyways, I’m Piera Montenero, and I’m what people would call a « woman in the industry ». It’s a pleasure to meet you.

Tim Yip & Lili_2© Tim Yip Studiobd

Tim Yip investit la Maison de la Culture d’Amiens

maximilien N'Tary-Calaffard - 28 janvier 2016 - Actu - Articles - Fashion - Sorties - All
La Maison de la Culture d’Amiens a eu la bonne idée d’associer mode et culture à travers  l’exposition « In Parallel » de l’artiste chinois Tim Yip qui a reçu un Oscar pour les décors et les costumes de Tigre et Dragon en 2001, couronnant une carrière impressionnante et une créativité débordante. Il a aussi collaboré avec Zhang Yimou pour la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Beijing. Il a travaillé pour Christian Dior, a réalisé le bâtiment italien de l’Exposition universelle de Shangaï et a été scénographe ou créateur de costumes de nombreuses productions scéniques dans le monde.
A la MCA, l’exposition met en scène Lili, mannequin de plastique et égérie de l’artiste et présente au public ses costumes, scultptures, vidéos et photographies pour une vision d’ensemble du travail de l’artiste. Ses œuvres seront présentées du 16 février au 15 mai dans tous les espaces de la Maison de la Culture, Cette exposition est également inscrite dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, auquel l’artiste fait écho dans ses oeuvres.

P.S: L’artiste signe actuellement les splendides costumes de la série télévisée de NETFLIX, Marco Polo. Les œuvres de Tim Yip sont montrées dans le monde entier. Dans ses projets plastiques, il introduit l’esthétique du «nouvel orientalisme» à travers la photographie, la sculpture et l’installation monumentale.

Costume Tim Yip_9© Tim Yip Studio 26

BOLD_OnitsukaTiger_MEXICODELEGATION_red__3

MEXICO DELEGATION

maximilien N'Tary-Calaffard - 27 janvier 2016 - Actu - Articles - Brands - Fashion - Sneakers - Sport - All

En 1966, Onitsuka Tiger lanca un concours interne pour trouver un logo avec pour seul impératif, un apport fonctionnel du design.

5 projets furent retenus sur les 200 proposes au depart, puis soumis a la batterie de tests des experts de l’université de Kyoto les bandes d’Onitsuka s’imposèrent grace a leur apport en stabilité et en confort qui influent directement sur la performance.

Leur introduction se fut lors de la parade de la delegation japonaise aux J.O de Mexico en 68. Pour marquer leur cinquantième anniversaire les « MEXICO DELEGATION »  sont reeditees pour la premiere fois a l’identique.

Adobe Photoshop PDF

All Gone & Ed Banger for smart : la nouvelle icône de la street culture

maximilien N'Tary-Calaffard - 22 janvier 2016 - Actu - Articles - Buzz - Fashion - Music - Sneakers - All

Smart s’associe à All Gone pour célébrer les dix ans de la bible de la street culture en compagnie du label Ed Banger Records.

All Gone réunit et sublime chaque année les objets cultes de cette mouvance. Sneakers, skateboards, figurines, sculptures, pièces de mode ou accessoires en édition limitée. Néanmoins l’ouvrage n’avait encore jamais abordé l’objet par excellence de la rue : l’automobile. Urbaine, pop et street, la première à être mise à l’honneur ne pouvait être que la smart fortwo !

Pour ce numero anniversaire, le motif camouflage, « IDF Camo », emblématique de la street culture est utilisé pour la première fois. Imaginé par Michael Dupouy a partir de la carte des huit départements qui forment l’Île-de-France, c’est au directeur artistique suisse Philippe Cuendet qu’est revenu l’honneur de générer le pattern. Après les événements de 2015, c’est un hommage à la ville de Paris et une déclaration d’amour à toute sa région.

Cote musique, le label Ed Banger Records a créé une signature sonore spécifique pour accompagner la All Gone & Ed Banger for smart. Au programme, un nouveau soundsystem étudié en collaboration avec les techniciens de JBL et de smart, et des playlists réunissant le meilleur des artistes Ed Banger.

 

Nike-News-AF1-Morphology-Title_native_600

L’evolution de l’Air Force 1

maximilien N'Tary-Calaffard - 18 janvier 2016 - Actu - Articles - Buzz - Fashion - Magazine - Sneakers - Sport - All

Chez NIKE, best-seller n’est pas synonyme de stagnation. La marque de Beaverton ne cesse de faire évoluer meme la plus iconique de ces sneakers.

Ainsi, le design et la structure de l’AIR FORCE 1 n’a cesse de progresser depuis son introduction en 1982 sans sacrifier son ADN comme on peut le constater dans le graphique suivant:

THE MORPHOLOGY OF AIR FORCE 1

Nike_Morphology_of_Air_Force_1_-_Poster_native_600