À l’occasion de la Paris Fashion Week Homme, Gore met à l’honneur les produits GORE-TEX mode et lifestyle

La marque GORE-TEX réinvente la technicité des vêtements et chaussures depuis des décennies, relevant le niveau de protection contre le mauvais temps et repoussant les limites de la haute performance en permanence. Mais elle a également beaucoup inspiré les designers mode et lifestyle qui aiment bousculer les codes de la créativité et de la fonctionnalité à chaque nouvelle collection. Pendant la Paris Fashion Week Homme, la marque GORE-TEX ouvre un showroom (13 Rue Chapon à Paris, du 16 au 18 janvier 2019) pour mettre à l’honneur les produits nés de l’union entre design créatif et technicité : l’occasion non seulement de présenter ces produits du passé et d’aujourd’hui, mais aussi démontrer ce que les technologies GORE-TEX peuvent apporter aux collections mode et lifestyle de demain. Du toucher si particulier des vêtements SHAKEDRY à la polyvalence de la gamme INFINIUM qui vont « au-delà de l’imperméabilité », les produits et technologie en perpétuelle évolution de la marque GORE-TEX offrent des possibilités infinies aux designers et aux fabricants.

GUESS X J BALVIN

Pour la nouvelle saison Guess Vibra Printemps-Eté 2019, la marque a choisi le célèbre chanteur multi-récompensé comme nouveau visage de la marque:  J.Balvin.

Originaire de Medellín, en Colombie, J Balvin est un ambassadeur  de la musique reggaetón qui a propulsé la musique latine urbaine vers un succès mondial. Avec 11 singles devenus N°1 en Amérique Latine, 50 millions d¹abonnés sur les réseaux sociaux et 10 milliard de visionnages Youtubes

Il a créé une collection capsule, inspirée d¹un univers street-style coloré et tropical. Cette collection se décline en une collection femme, homme, swimwear et accessoires.

Nike Basketball présente la Nike Adapt BB, la chaussure avec lacage automatique pour le basket

10 années après l’hyperdunk Nike +, Nike présente une nouvelle chaussure de basketball intelligent avec plus  qu’un capteur dans le talon.

La nouvelle chaussure de basket-ball, Nike Adapt, dispose d’une  plateforme qui crée un ajustement personnalisé en alliant un système de laçage automatique, une application et un logiciel constamment mis à jour.

LA COLLABORATION TIMBERLAND x CHRISTOPHER RÆBURN

Christopher Raeburn a dévoilé sa collection AH19 en collaboration avec Timberland. La collection, qui comprend chaussures, vêtements et accessoires, s’appuie sur la capsule vestimentaire Timberland x Christopher RAEBURN, créée pour la collection AH18, et constitue la première collection du créateur depuis qu’il a été nommé directeur artistique de la marque.

La philosophie de conception de Raeburn s’articule autour de trois piliers clés – REMADE, REDUIT, RECYCLÉ – qui complètent l’engagement de longue date de Timberland de fabriquer des produits de manière responsable en utilisant de plus en plus de matériaux recyclés, biologiques et renouvelables.  Conformément à l’engagement des deux marques en faveur d’une mode responsable, l’ensemble de la gamme intégrera des matériaux écologiques, notamment du coton biologique et du PET recyclé (ainsi que le matériau exclusif de Timberland, ReBotl ™), afin de réduire l’impact sur l’environnement.

Hoka One One Mach Fly at Night

Voilà une marque qui me tardait de découvrir!

Hoka One One, qui signifie «planer sur terre » en Maori, est une marque originaire de la région d’Annecy qui a été créée en 2009 par deux passionnés de courses en montagne, rejoins par un concepteur venu de chez Salomon. Depuis lors, Hoka one one est devenu la marque de chaussures de running qui connait la plus forte croissance au monde. Cantonnée au départ au trail, elle a très vite étendu sa gamme auprès des triathlètes et désormais de l’athlétisme. En 2016, la team trail de Hoka a été la première équipe à remporter l’UTMB –Ultra Trail du Mont Blanc- en catégories féminine et masculine. Rachetée en 2013 par un groupe américain, Deckers Outdoor –également propriétaire de la marque australienne UGG- mais garde toujours son centre de recherche et développement dans les Alpes françaises. Aujourd’hui Hoka produit près de 2 millions de paires de chaussures par an et les USA représentent désormais près des 2/3 de leurs ventes.

Voilà pour la découverte de la marque française en vogue dans le monde du running !

Depuis sa création, Hoka se démarque singulièrement des standards de l’univers des courses à pieds. Tout d’abord par l’imposante semelle incurvée qui a pour objectif d’apporter un excellent amorti. Ensuite, par des produits légers ayant un drop faible- généralement moins de 6mm- afin d’offrir une foulée la plus naturelle possible. Enfin, par l’utilisation de couleurs vives !

Le modèle Mach Fly at Night est la déclinaison hivernale de la chaussure lancée au printemps dernier dans le cadre de la nouvelle collection Fly, dont l’objectif est d’offrir des produits encore plus légers et dynamiques.

A la découverte des chaussures, on peut dire que le modèle Mach Fly at Night détonne et étonne. Tout d’abord, pour son poids, à peine 213 grammes pour une taille 42 !! Ensuite, par son look beaucoup plus sobre et moderne qui lui confère un caractère Hoka One One beaucoup moins prononcé. De couleurs totalement noires, qui devraient convenir au plus grand nombre, les chaussures intègrent des logos et des différents éléments réfléchissants pour sécuriser les runs hivernaux en assurant la visibilité du coureur. Je suis séduit par sa tige sportive épurée composée de mesh tissé respirant qui leur assurent un look esthétique et sportif. L’ensemble du mesh est réalisé sans coutures, afin d’éviter les irritations, en étant plus épais à l’avant du pied. Les aérations laissent supposer que le port d’une bonne paire de chaussettes sera nécessaire lors des sorties hivernales. On ne retrouve pas sur les Mach la semelle imposante car cette dernière est beaucoup plus fine et moins haute que sur les modèles précédents, comme sur la célèbre Clayton.  On retrouve sur ce modèle, la semelle intermédiaire ProFly à double densité, disposant d’un amorti plus doux au niveau du talon et d’une mousse plus ferme à l’avant du pied pour une plus grande réactivité lors de la propulsion. La semelle extérieure RMAT a pour objectif d’apporter une excellente adhérence même sur les surfaces humides tout en étant résistantes aux abrasions du bitume.

Passons à l’enfilage de la Hoka One One Mach Fly at Night ! Il confirme les premières impressions. Quelle légèreté ! j’ai du mal à réaliser soit aussi légère et confortable. Le pied est accueilli comme dans un baquet d’une voiture de course. Le talon et le pied prennent place dans la semelle intermédiaire qui enveloppe et maintient : le pied ne bouge pas dans la chaussure. Je me sens également plus haut perché que dans mes chaussures précédentes, et pour cause ; la Mach affiche une hauteur de 24mm au niveau du talon et 19mm sous les métas… soit un drop de seulement 5mm qui devrait assurer un dérouler du pied le plus naturel possible.

Après cet enfilage prometteur, il était temps de passer au test sur les routes humides et froides des mois de novembre et décembre. J’ai testé les Hoka One One Mach Fly at Night lors d’une vingtaine de sorties, sur de distances comprises entre 5 à 20km… et quelques essais de fractionné.

Je n’ai pas été déçu quant à la sensation d’une foulée légère et stable tout au long des runs effectués. Le Comfort est le point fort de la chaussure.  Du point de vue de l’adhérence, il n’y a rien à redire, la semelle RMAT et les rainures de flexions offrent une excellente accroche et flexibilité sur tous les terrains, y compris dans les sous bois. La double densité de la semelle ProFly est perceptible. L’amorti est très doux et comfortable au niveau du talon et se trouve beaucoup plus ferme au niveau de l’avant du pied. Il est possible que cette sensation puisse déranger certains coureurs. La sensation de l’amorti ne bouge pas quel que soit la distance et la durée de la sortie. L’amorti est vraiment le point fort de la chaussure,on s’en rend compte notamment lors séances avec du dénivelé ; on souffre moins des impacts et la relance s’en trouve améliorée. Petit bémol, la chaussure pourra manquer d’un peu de dynamisme pour les coureurs qui cherchent du répondant dans les relancent ou lors de séances de fractionné.

Au bout de presque 200 Km parcourus, les chaussures affichent une très belle tenue à l’usure. Le mesh est toujours impeccable, malgré les intempéries, et la semelle n’a pas bougé.

En conclusion, les Hoka One One Mach Fly at Night sont des excellentes chaussures de running, confortables, souples et très légères, destinées à des courses sur routes pour les coureurs de poids moyens.

Elles accompagneront avantageusement les coureurs de tous niveaux lors des sorties hivernales à la recherche d’une foulée stable et d’un très grand comfort

Oris Big Crown ProPilot Calibre 114

Soyez à l’heure du nouvel an.

Au moment de créer un nouveau garde-temps, les ingénieurs et les designers d’Oris poursuivent un même objectif : produire une montre qui fait sens. Bien que chaque pièce soit admirablement pensée et conçue, les montres Oris et leurs différentes fonctions doivent avant tout avoir une vraie utilité.

C’est cette philosophie qui a inspiré la Oris Big Crown ProPilot Calibre 114, une montre affichant un second fuseau horaire sur 24 heures. Ce deuxième fuseau horaire est loin d’être ordinaire et ce pour deux raisons.

Premièrement, il est alimenté par le Calibre 114, le cinquième d’une série de mouvements développés par Oris. Tous partagent la même architecture de base, à savoir une autonomie de 10 jours et une indication de réserve de marche non linéaire. Situé à 3 h sur le cadran, ce dispositif breveté Oris affiche, par une aiguille qui se déplace le long de la graduation, l’autonomie restante avant le remontage du mécanisme.

Deuxièmement, car Oris a conçu un second fuseau horaire sur 24 heures avec un réglage à la demi-heure près. Pourquoi ? Parce que quelques pays s’étendent sur plusieurs fuseaux horaires, parfois à la demi-heure près. Parmi les états qui ont adopté des demi-fuseaux, ou fuseaux horaires fractionnés, on compte l’Australie, le Canada, l’Inde, l’Iran, l’Afghanistan, la Birmanie et le Sri Lanka. Avec cette fonction, Oris répond donc aux besoins des voyageurs à destination ou en provenance de ces pays.

Résolutions du Nouvel An : repoussez vos limites avec le BackBeat FIT 3100 de Plantronics

Selon une étude YouGov*, faire plus de sport est la résolution la plus citée par les Français (25%).

Afin de tenir bon en 2019, Plantronics propose un allié de choix : le BackBeat FIT 3100.La connectivité true wireless permet une liberté de mouvement inégalée. Les contours d’oreilles flexibles et ajustés offrent confort et stabilité pour des séances de sport optimales et une motivation sans faille pendant 5 heures, et 10 heures supplémentaires grâce à la l’étui de chargement. Plantronics a également pensé aux plus courageux qui n’hésiteront pas à chausser leurs baskets qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige : le BackBeat FIT 3100 est résistant à la transpiration et à l’eau.

WAITING FOR THE SUN TRANSFORME SON OFFRE EN 100% BIO

Depuis sa création, Waiting for the Sun s’inscrit dans une démarche écologique pérenne.

Avec les premières lunettes en bois, les étuis en carton recyclé en passant par une production propre de l’ensemble des supports de communication, le développement durable est au cœur de leurs engagements.

Aujourd’hui, le projet est porté plus loin avec la conception d’une nouvelle matière.

Son nom : le bio-acétate.

Sa particularité : sans phtalate, fabriquée à partir de fibre de bois et entièrement biodégradable elle se recycle à l’infini.

Le plastique des montures Waiting for the Sun est entièrement biodégradable, certifiée selon la norme ISO14855 par OWS.

 

En lunetterie, les déchets représentent 70 à 80% du pois total de la matière engagée dans le processus de production. Avec le bio-acétate, Waiting for the Sun collecte les chutes de matières liées à son usinage et la réinjecte en partie dans le processus de fabrication de la matière.

 

Le développement de cette matière nouvelle est une première étape dans cette lutte contre le gaspillage et le respect de notre environnement.

Unchain : oubliez les lacets une fois pour toute !

Quoi de mieux qu’un petit footing pour éliminer les excès du réveillon? Pat the rock en a profité pour tester une petite douceur, les « lacets » unchain!

Tous les sportifs ont des histoires liées à la galère du laçage des chaussures : les lacets qui se défont pendant les compétitions, les chaussures trop serrées qui font mal aux pieds, ou pis encore, des lacets qui se cassent,….  Unchain, marque entièrement « made in France », localisée à Annecy, a élaboré une solution de laçage ultime pour tous les sportifs et pour toutes les conditions. Nous avons eu l’occasion de la tester et de la malmener pendant un peu plus de 200 km.

Comme bien souvent dans l’histoire des produits sportifs innovants, il s’agit de l’histoire d’un passionné qui voulut se libérer des contraintes du laçage. De longues années de recherches ont été nécessaires, en collaborant avec des sportifs chevronnés du trail  running mondial, comme Sébastien Chaigneau et Emilie Lecomte, et des médecins du sport, des podologues ou des ostéopathes.  Au terme de plus 5 000 prototypes testés dans toutes les conditions, nait une solution de laçage ultime dénommé Unchain, qui convient à tous les types de sports. Les objectifs en sont simples, allier simplicité d’utilisation et confort.

Pour cela, Unchain offre une solution de laçage sans nœud.  Les lacets techniques en base de silicone de 95 cm – taille unique- et dont la technologie a été brevetée internationalement, se compose de 3 parties :

  • Le Memory Lace en silicone + qui suit les mouvements des pieds pendant l’effort en éliminant les compressions ;
  • Le Blocknot, qui remplace les lacets, verrouille le Memory Lace et évite les pressions sur le pied ;
  • Le Centerpod qui permet de centrer la pose du Memory Lace.

Au final, tout le travail se situe dans la pose des lacets sur la chaussure. Si on s’y prend bien, un seul laçage suffit et plus besoin d’y toucher par la suite, une fois pour toute !

C’est à l’occasion du test des Altra Escalante Racer Boston que nous avons également malmené les Unchain Lacing System. C’est bien au niveau de la pose des lacets que se situe le plus gros du travail. Il convient de bien suivre les indications qui accompagnent les Memory Lace ou alors d’aller sur le site d’Unchain afin de suivre le tutoriel qui est mis à disposition. A vrai dire, les lacets sont simples à installer et il vous faudra grand maximum 10 mn par chaussure pour les mettre en place. Le plus compliqué consistera à verrouiller les Memory Lace à l’aide des Blocknots. Là encore, les instructions sont très bien faites. Un petit conseil, ne serrez pas trop les lacets au moment de la pose, vous aurez l’occasion de parfaire le réglage après le premier essai.

Après avoir installé les Unchain, les chaussures s’enfilent et se déchaussent comme des chaussons, sans aucune difficulté.  Pour autant, le maintien est parfait et à aucun moment je n’ai eu la sensation d’une chaussure trop grande, mal lacée ou trop serrée. Au terme des 200 km, dans toutes les conditions, et sur tous les terrains, je n’ai eu à toucher une seule fois au laçage, au point même d’en oublier son existence.

Les Unchain Lacing System sont garantis 3 ans ou 3 000 km, de quoi faire quelques ultra-trails si le cœur vous en dit. Et le tout est entièrement « made in France ». 17 coloris sont disponibles et vendus 20 € notamment sur le site de la marque :https://www.unchain-spirit.com/